L'histoire de l'association

C'est en 1966 que commence l'aventure.

Il n'y avait en Sarthe qu'un seul plan d'eau pour les loisirs : Coco plage à Sillé le Guillaume.

Une poignée de bénévoles, hommes de Semur en Vallon décident d'en faire un autre. Ils apportent leur courage, leur temps et leur argent et ouvrent en Juillet 1968 le second plan d'eau artificiel de la Sarthe (en même temps que la commune de Lavardin près du Mans).

C'est un succès extraordinaire, on vient chaque dimanche de toute la Sarthe à Semur en Vallon. Il y a foule pour utiliser les attractions: pédalos, barques, vedette promenade, baignade, pêche, baraque à frites, plage.

En 1972, pour compléter ces activités, le petit train voit le jour: C'est un train « Decauville » sur 500 m de voies étroites qui a été récupéré à la société Pasneau à Mondoubleau.

Le succès du plan d'eau de Semur donne des idées et la Sarthe en voit se créer de nombreux autres, beaucoup plus grands.

Début des années 80, les bénévoles décident de développer l'activité Chemin de fer en commençant à sauver du patrimoine ferroviaire qui disparaît très vite.

C'est ainsi qu'est créé le dépôt, le musée et que le circuit s'agrandit d'années en années.

En 1988, après 20 ans d'exploitation à raison de 6 à 8 bénévoles chaque dimanche, le plan d'eau est donné gratuitement à la commune de Semur en Vallon qui supprime les activités, ne gardant que la promenade et la pêche.

L'association se consacre désormais à la préservation du patrimoine ferroviaire, à sa restauration, et sa mise en valeur auprès du public.

En 1990 le circuit est doublé et le "Muséotrain" devient accessible au public.

En 1995 la gare de Semur en Vallon est inaugurée.

Depuis les bénévoles n'ont cessés de sauver du matériel, de le restaurer, d'améliorer le site de la gare et du musée, d'adapter les installations aux normes et contraintes réglementaires.

Les visiteurs sont de plus en plus nombreux à venir "vivre le temps des trains ou l'on prenait le temps" et l'association a maintenant pour objectif de "recréer l'atmosphère des trains des années 1920 dans la vie des années 2020".